Bon ménage

Pour la première fois depuis dix ans, Tonton Fab quittait sa grotte de luxe à Courchevel pour un voyage au bout du monde avec sa femme, pile pendant les vacances d’hiver. Et qui allait la lui garder ?
– Casse rien surtout, avait-il grogné.
– T’inquiète je gère !
J’avais beau avoir 20 ans, il me voyait toujours comme un gamin étourdi. Il m’adorait, petit, mais pouvait se montrer très agacé quand je faisais des bêtises. Ce qui arrivait assez souvent.
Ma mère a tiqué quand j’ai évoqué le projet.
– Chez la Folle ? N’abime rien sinon t’es mort !
La Folle, c’est ma tante. Alcoolique, dépressive, névrosée…
– Si on avait un petit ce serait différent, m’avait expliqué mon oncle. Elle tombe enceinte mais n’arrive pas à les garder. On a tout essayé. Notre dernière chance c’est l’adoption.
C’est pourquoi ils partaient au fin fond de l’Inde. J’avais eu une pensée fugace pour ce pauvre gosse qui allait devoir grandir entre leurs pattes, mais l’excitation était la plus forte. Le ski, c’est ma passion !
J’ai passé deux semaines de rêve, pourtant les bonnes choses ont une fin. Ils rentrent ce soir avec Aja, 3 ans. A la maison j’ai assuré : rien de cassé, ménage nickel. Juste un détail : ce matin, à mon réveil, il n’y avait plus de jus. Panne générale sur toute la station.
C’est en vidant le congèle que je les ai trouvés, sous des gigots, tout au fond. Ils étaient cinq, bien alignés, comme endormis dans leurs petits sacs en plastique.
Je sens que ça va encore être de ma faute.

1 réflexion sur « Bon ménage »

Les commentaires sont fermés.